Calendrier d’avant vacances scolaires #3

couv_les-petites-reines

A partir de 12 ans

Résumé de Sarbacanes :

À cause de leur physique ingrat, Mireille, Astrid et Hakima ont gagné le « concours de boudins » de leur collège de Bourg-en-Bresse. Les trois découvrent alors que leurs destins s’entrecroisent en une date et un lieu précis : Paris, l’Élysée, le 14 juillet.

L’été des « trois Boudins » est donc tout tracé : destination la fameuse garden-party de l’Élysée !!!
Et tant qu’à monter à Paris, autant le faire à vélo – comme vendeuses ambulantes de boudin, tiens ! Ce qu’elles n’avaient pas prévu, c’est que leur périple attire l’attention des médias… jusqu’à ce qu’elles deviennent célèbres !!!

Entre galères, disputes, rigolades et remises en question, les trois filles dévalent les routes de France, dévorent ses fromages, s’invitent dans ses châteaux et ses bals au fil de leur odyssée.
En vie, vraiment.

– L’auteure ose avec brio la COMÉDIE : un régal d’humour et de tendresse – joyeux, turbulent, profondément humain.

Sur leurs vélos, on découvre ces 3 héroïnes espiègles, émouvantes, drôles, pleines d’auto-dérision… vous allez les adorer !

– À travers ce road-trip rocambolesque, une belle charge féministe contre une société obsédée par l’image. Et une ode à la vie, la vraie !

calendrier d’avant vacances scolaires #2

pyramide

A partir de 15 ans

Résumé de l’école des loisirs (qui le met à partir de 12 ans mais je ne suis pas d’accord):

L’ensemble des besoins des êtres humains peut être classé en cinq catégories. Aujourd’hui, cette théorie est le principe d’un nouveau jeu de télé-réalité : La pyramide des besoins humains.
Nous sommes 15 000 candidats, et dans cinq semaines il n’en restera plus qu’un.
Et moi dans tout ça ? Disons que je m’appelle Christopher Scott. Disons que j’ai dix-huit ans. Que
j’habite sur un morceau de carton, dans la rue, à Londres.
Enfin, peu importe mon nom, peu importe mon âge. Je suis le candidat no 12778. Je n’existe pas encore. Mais je risque fort de devenir quelqu’un, et même quelqu’un de célèbre.
Et c’est bien ça le pire.

 

calendrier d’avant vacances scolaires #1

livre_4_saisons_rvb-270x350

A partir de 18 mois

Résumé de la Joie de Lire :

Le Livre de l’hiver, le Livre du printemps, Le Livre de l’été et Le Livre de l’automne de RS Berner, best-sellers de la littérature jeunesse, enfin réunis en un seul volume !

Foisonnants de détails à découvrir et d’histoires à inventer, ces livres invitent les enfants à observer les transformations dues aux changements de saison et au passage du temps. Les personnages évoluent au fil des ouvrages, les bâtiments se construisent, les décors changent et les couleurs aussi. De l’hiver à l’automne, toute une année dans l’univers de RS Berner !

Songe à la douceur

Voilà,
je viens de finir songe à la douceur.
Je crois que je comprends pourquoi ce livre a eu autant de bonnes critiques. Il sera difficile de vraiment retranscrire mon ressenti.
J’y suis allée prudemment, en marchant sur des œufs, en le manipulant avec des pincettes. Toujours un peu méfiante face à l’unanimité. Et puis aux vers libres… Je prenais ça pour une coquetterie d’auteur, après l’avoir fini je ne vois comment il aurait pu être écrit autrement.
Il a résonné en moi avec force. Peut être une trop grande identification à  la Tatiana adolescente, plongée dans ses livres et qui préfère vivre pleinement ses rêveries que de se frotter à la réalité. Quoique…
Je pourrais essayer de dire, d’analyser, disséquer cette histoire d’amour contrariée. Les sentiments adolescents, la passion et l’amitié de cette période de la vie qui nous construit. Vous mettre une citation d’Olga qui retombe sur son agenda de seconde.
Vous raconter que ce voyage entre l’âge adulte et l’adolescence, qui peut laisser une vilaine arrière pensée qu’une fois adulte on a beau être heureux, il manque ce petit je ne sais quoi, cette impétuosité, cette insouciance, cette passion de l’adolescence. Comme si nous n’étions plus entier. Limite comme une question de survie.
Je pourrais aussi d’écrire maladroitement le classicisme et la modernité de ce roman. Mais ça ne fait pas partie de mes talents. Je vais juste essayer de donner mon impression, pourquoi j’étais autant à fond.
Avec Songe à la douceur j’ai voyagé, dans le temps, dans l’esprit des gens. A chaque fois que j’ai ouvert le livre c’est comme si on me happait, me harponnait.
Les trajets habituellement si lents sont devenus trop court, avec une telle concentration que j’en ai raté des stations. La déception de voir des collègues à l’arrêt de bus, devoir délaisser le livre pour discuter, se sociabiliser. En vouloir à ses pauvres usagers perdus dans les rayons, tout plein d’interrogations sur telles côtes ou tel livre disponible, venir s’excuser de nous déranger, excuses à peine acceptées.
Être troublée par l’arrivée 2/3 minutes plus tôt du collègue qui prends la relève. Finir un mouvement (il n’y a pas vraiment de chapitre et encore moins de paragraphe, mais des mouvements, des élans, les mots et la petite musique de la poésie qui nous entrainent) dans l’escalier qui remonte aux bureaux, ne pas vouloir gâcher le moment avec des obligations aussi futiles sur le moment que d’aller déjeuner. La fin sans doute parfaite.
En fait le mieux pour que vous compreniez serait de le lire, de vous faire votre propre idée. Même si j’ai terriblement peur de rencontrer quelqu’un qui n’a pas aimer, parce que je n’ai pas envie d’argumenter, et que je serais bien en peine de le défendre comme il le mériterait.
couv-songe-a-la-douceur-620x987Résumé de l’éditeur :
Quand Tatiana rencontre Eugène, elle a 14 ans, il en a 17 ; c’est l’été, et il n’a rien d’autre à faire que de lui parler. Il est sûr de lui, charmant, et plein d’ennui, et elle timide, idéaliste et romantique. Inévitablement, elle tombe amoureuse de lui, et lui, semblerait-il… aussi. Alors elle lui écrit une lettre ; il la rejette, pour de mauvaises raisons peut-être. Et puis un drame les sépare pour de bon. Dix ans plus tard, ils se retrouvent par hasard. Tatiana s’est affirmée, elle est mûre et confiante ; Eugène s’aperçoit, maintenant, qu’il la lui faut absolument. Mais est-ce qu’elle veut encore de lui ? Songe à la douceur , c’est l’histoire de ces deux histoires d’un amour absolu et déphasé – l’un adolescent, l’autre jeune adulte – et de ce que dix ans à ce moment-là d’une vie peuvent changer. Une double histoire d’amour inspirée des deux Eugène Onéguine de Pouchkine et de Tchaikovsky – et donc écrite en vers, pour en garder la poésie.

Clémentine Beauvais l’auteur qui fait du bien.

 

Première vraie découverte (comme tout presque le monde) avec les petites reines, puis j’ai lu ses autres livres. Enfin pas tous.
Clémentine Beauvais c’est la valeur montante du moment celle qui affole les professionnels de la littérature jeunesse qui rend gaga les bloggeurs, qui mets des étoiles dans les yeux…
Elle pourrait être agaçante Clémentine, pas moche, jeune, intelligente, talentueuse… Mais en fait non…
voici son blog, où elle fait sa promo mais aussi où l’on peut trouver ses écrits et analyses sur la littérature et particulièrement la littérature jeunesse. En toute honnête je n’y vais que très occasionnellement et finalement plus par ricochet de recherches que comme un lieu ressource évident.
J’ai présenté 2 de ses romans aux club ado de la médiathèque.
Les petites reines.
couv_les-petites-reines
Je sais d’avance que je ne vais pas réussir à bien vous rendre mes sentiments sur les petites reines.
Les petites reines ça a été le gros gros coup de coeur de l’année dernière, la pépite la lumière dans l’obscur univers du travail. (j’en fait des caisses? bon ok c’est vrai…) Mais ce qui est certain c’est que ça a vraiment été une bouffée d’air frais, un roman qui fait du bien.
Le thème pas forcément hyper vendeur ou original : le harcèlement scolaire et la revanche par l’accomplissement de soi.
Le pitch (comme je suis d’un naturel bavard et pas très synthétique à l’écrit je vous glisse la brève présentation de l’éditeur) : À cause de leur physique ingrat, Mireille, Astrid et Hakima ont gagné le « concours de boudins » de leur collège de Bourg-en-Bresse. Les trois découvrent alors que leurs destins s’entrecroisent en une date et un lieu précis : Paris, l’Élysée, le 14 juillet. L’été des « trois Boudins » est donc tout tracé : destination la fameuse garden-party de l’Élysée !!! Et tant qu’à monter à Paris, autant le faire à vélo – comme vendeuses ambulantes de boudin, tiens ! Ce qu’elles n’avaient pas prévu, c’est que leur périple attire l’attention des médias… jusqu’à ce qu’elles deviennent célèbres !!! Entre galères, disputes, rigolades et remises en question, les trois filles dévalent les routes de France, dévorent ses fromages, s’invitent dans ses châteaux et ses bals au fil de leur odyssée. En vie, vraiment. (merci au personnel de Sarbacane pour ce résumé)
Quelle fraicheur dans ce récit, très clairement Mireille la narratrice, est drôle, parfois lourde mais elle le sait. Un personnage qui se révèle au fil des pages un peu plus profond que ce que l’on pensait en voir. Je me rappelle avoir tellement ri. Quelle fluidité, liberté de langage, j’essayais de trouver des citations pour mes collègues qui me voyaient me bidonner, et ne pas réussir à en trouver parce qu’à chaque fois que j’allais leur lire le passage je me disais non il faut reprendre plus haut c’est drôle aussi et on comprends mieux la vanne, non plus haut, non plus haut et je me retrouvais à presque lire 1 ou 2 pages en entier… Alors j’ai arrêté d’essayer et je leur ai donné à lire! mais on ne fais pas que rire il y a aussi beaucoup de tendresse. Quand je parle de ce livre aux lecteurs, je l’appelle avec douceur le livre de mes trois boudins…
Ce livre a reçu plein de distinctions et à fait connaitre Clémentine Beauvais au grand public.
Il sera le cadeau de Noël pour une de mes cousines de 14 ans.
Il semblerait qu’une adaptation ciné serait faite. ça s’y prête totalement. Evidement je vais être déçue.
Comme des images
couv-comme-des-images-620x987
Un livre assez étonnant. Très noir. Ce qui est assez rare dans la littérature ado. Il y a souvent le happy end. Là ce n’est pas tout à fait ça. Elle y dépeint vraiment bien les états d’âmes adolescent et cette quête de l’identité, identité de soi, et dans le groupe. Ma collègue qui fait le club ado avec moi m’a dit après coup, mais je l’ai déjà présenté l’année dernière… Je n’en avais aucun souvenir. J’ai rebondi sur la présentation du mois d’avant des petites reines pour en reparler et préciser que c’est la même auteur qui a un ton totalement différent. Preuve de son talent.
Et là toute la littosphère est en émoi, nous l’attendions, le dernier Clémentine Beauvais :
Songe à la douceur
couv-songe-a-la-douceur-620x987
Ovni.
Je ne doute pas qu’elle l’aurait écrit quoiqu’il arrive, mais le succès des petites reines lui permet de ne pas galèrer à l’éditer.
Une adaptation d’un roman de Pouchkine, en vers libre. Voilà… en vers libre.
Je viens juste de le commencer, j’avoue avoir été un peu déroutée au départ par la versification (bien que ce ne soit pas un frein pour moi Claudel m’a formée, fortifiée).
Puis au bout de deux, trois, quatre pages, c’est parti, comme un train, on démarre doucement, on se rends compte qu’on avance, que le paysage avance, puis on est hypnotisé. C’est l’effet que m’a fait le début de ce roman et son écriture finalement légère et habile.
Je n’ai pas lu le roman de Pouchkine (et je n’aurais pas le temps avant la fin du mois et la présentation au club ado) je n’ai pas encore écouté l’Opéra. Mais j’espère réussir a donner l’envie à mes « ado » (moyenne d’âge 20 ans…) l’envie de le lire dans leur emploi du temps de folie. (Yasmine a quand même lu les 3 premiers tomes des chroniques de San Francisco grâce au club ado et son mail pendant les vacances m’a trop fait plaisir, alors j’ai espoir)
eugene-oneguine-pouchkine-e1473955871706 ch3042
Sur ce je me refais un café et je retourne à mon livre.

Be like a squirrel girl

t

Il y a deux grands moments dans l’année, il y a le premier janvier, la nouvelle année, les résolutions tout ça tout ça…

Et puis il y a la rentrée, septembre. L’année scolaire, le lancement de saison comme on dit, l’espèce de reset pré janvier.

On est tout beau, tout bronzé, regonflé à bloc pour l’année qui vient. Bien plus motivé à tenir nos bonnes résolutions qu’en janvier (en même temps vouloir reprendre le sport en janvier c’est con… les cours sont plein et il fait bien trop moche et froid et humide pour se motiver à courir ou aller à la piscine).

En début d’année, je nous souhaitais une bonne année 2016  avec plein plein de belles choses… Comment dire… ça n’a pas été jusque là à la hauteur de mes espérances… (Je vous avais dit que je l’a sentais pas cette année ou bien?)

J’ai l’impression que j’arrive à la veille de mes vacances encore plus épuisée que l’année dernière, que l’année a été encore plus rude émotionnellement, encore plus fatigante physiquement… bref le karma, l’alignement des planètes c’est pas ça quoi…

Le premier janvier on prend des résolutions pour son bien être et en septembre on se lance dans de nouveaux projets…
Alors je me suis dit que j’allais faire une sorte de fusion…  Des résolutions lancement de projet pour mon bien être…

Je me lance dans des résolutions good vibes dès maintenant.

Ma résolution 2015  était finir un projet couture en ayant suivi le patron scrupuleusement, été consciencieuse et tout… Bon comment dire… Cette résolution est un échec (sur 2015!).
J’ai commencé une chemise Myrcella de la république du chiffon, j’ai scrupuleusement respecté le patron, j’ai été prendre un cours accompagnement de projet à la mercerie fine (c’était top) mais…
Je ne l’ai toujours pas finie, je ne pense pas la finir… J’ai galéré comme un chien sur ce fucking col qui avait un écart de 2 cm (à cause du patron et ce ne serait pas la première fois avec les patrons de la RDC), j’ai fait des belles boutonnières mais au moment de l’ouverture j’en ai ruiné une bref…

Depuis en 2016: j’ai fait une jolie petite robe pour les 1 an de Nina, j’ai tout bien suivi le « patron », le tuto de l’internet, regardé 3 fois la vidéo sur les fronces (alors que allo c’est facile), j’ai bien mis 3h ce que certains font en 1, j’étais toute fière que résultat… qui est bien trop petit pour Ninanounette… Ne pas suivre des patrons à la con pour les enfants… Marie est ravie malgré tout c’est une belle déco…

Tout ça pour dire que je m’amène des devoirs de vacances, je vais me faire une jupe d’été  pendant nos premiers jours de vacances. Normalement rien de compliqué. J’espère avant la fin de la semaine prochaine pouvoir craner avec ma jolie jupe!

Résolution bien être : je souhaite faire une réalisation par trimestre. Que je ferai avec soin quelque chose qui peut se porter, soit pour moi ou Martin ou qui en voudra (genre si là je suis bien taquet sur la jupe y en a qui en auront à leur anniv ou à noël)

Ma résolution 2016 : cop 21 oblige 😉 je me suis dit que j’allais sans trop changer mon mode de vie (et me ruiner) passer en mode réduction des déchets, green mood. Je suis assez fière de moi sur ce coup là.
Je me baladais déjà souvent avec un sac en tissu pour ne pas en acheter ou avoir un sac plastique, maintenant je dis NON systématiquement (oui j’ai déjà galérer les bras remplis à rentrer chez moi du super U)
J’ai tester et complétement adopté les cup menstruelles c’est pas sexy mais je suis complètement convaincue.
J’essaye un maximum de ne pas acheter des produits sur emballés.J’ai fait des pochettes cadeaux pour mes cadeaux de noël pour éviter de jeter plein de papier. Et plein d’autres petites choses… (le shampoing avec le plus de rien en mode slow shampoo, moins de produit ménager et plus naturel…)
Résolution bien être : A chaque fois je repousse par manque de temps (et aussi un peu beaucoup de motivation d’aller à Odéon à Aromazone ou sur leur site) là plus d’excuse je vais fabriquer mon déo et ma lessive! Après ça sera peut être pourri mais je l’aurais fait et j’arrêterai de me dire que je l’ai pas fait! Bref on continue sur cette voie on lâche rien!

Ensuite le travail…
là on entre dans le vif du sujet… Le travail c’est compliqué… Compliqué au travail, compliqué dans ma tête compliqué dans mes envies… Plein de oui mais… Plein de peut être, beaucoup trop de je ne sais pas…

Alors je réfléchis… Je me questionne, je n’avance pas… Rien de concret… Un ras le bol grandissant, encore des bons moments…

J’avais trouver un super plan mais il n’est pas vraiment réalisable… (pour être documentaliste en cdi en fait c’est prof documentaliste donc il faut le capes, donc il faut un bac plus 5 pour s’inscrire au concours (avant même d’espérer l’avoir))
Donc…

Résolution bien être : lors de mon entretien annuel en septembre (il devait avoir lieu en mai, juin max) je verrais avec ma responsable les possibilité d’inscrire au plan de formation de l’année à venir un soutien pour une VAE, de mon côté également me renseigner auprès de notre organisme de formation… Je sais qu’il est difficile d’obtenir une VAE, je ne veux pas partir défaitiste mais je ne suis pas sure que mon expérience me permette d’obtenir le diplôme que je vise (j’aimerai une licence pro métier du livre (bac +3) mais je n’aurais peut etre qu’un DUT métier du livre (bac +2)), un bac plus 2 ne me servirai à rien pour d’éventuel concours, donc c’est encore un peu flou, mais j’essaye de me donner un objectif en attendant de savoir où je veux aller… Me dire que je ne perds pas complétement mon temps.

Ma vie mon œuvre…

Je vais pas faire ma thérapie ici mais en gros ma résolution bien être c’est essayer de renouer vraiment avec mes émotions et mon moi même, être plus à l’écoute de mes envies, essayer (vraiment) de ne pas me laisser parasiter par ce qui est relou mais en vrai n’a pas d’importance…La vie est trop courte et ça a encore été prouvé cette année… Sur plein de blog on voit fleurir les 7 bonheurs de la semaine ou un truc dans le même délire, je n’en ressens pas spécialement le besoin mais si je vois que je vois trop tout en noir je m’astreindrais peut être à ce genre de liste paillette…

C’est déjà pas mal pour l’instant nan? Maintenant j’attends de me rouler dans un océan de paillettes…
pailette
source  pinterest puis blog de la méchante

la série de l’été… ou pas…

cet été (même si on à du mal a se sentir dans l’été) j’ai possiblement trouvé LA série de l’été… celle qui sera l’héritière Ava

Les autodafeurs,

les autodafeurs 1
gros succès en librairie de l’année dernière, une trilogie sur le papier ça le fait…

Sauf que
* le tome 1 est en rappel 4 depuis un bail… (le rappel 4 c’est le très très méchant rappel, qui fait que si vraiment t’as pas compris qu’il fallait venir négocier avec nous ou le racheter bin on demande aux impôts de te prélever la somme direct sur ton compte… (sauf que l’argent nous revient même pas directement alors autant que tu vienne négocier!)

* mais qu’au final il est marqué disponible en rayon

* mais qu’il n’y est pas

* qu’en farfouillant sur sa fiche on se rends compte que son cas est très très étrange car personne ne l’aurait jamais emprunté… Alors que le mois dernier il était encore en rappel 4

* qu’il n’est ni dans les retours pas rangés

* ni dans les réparations

* bien entendu on ne l’a pas acheté pour l’annexe ni pour un point relais donc on l’a vraiment pas…

* il est à la bibliothèque de Montreuil! cool aller hop je le réserve

* Sauf qu’il faut m’identifier (bon normal j’avoue)

* que quand je rentre mon numéro de carte à 13 chiffres et ma date de naissance ils me disent de vérifier mon numéro de carte et ma date de naissance

* je suis sure de ma date de naissance (et de mon numéro de carte), ma collègue Marie, qui est un génie, me demande si ma carte est à jour

* évidement que non je n’y vais jamais…

* je regarde dans les questions fréquentes ce qu’il faut pour se réinscrire (même si je me doute bien qu’il faut un justificatif de moins de 3 mois)

* il faut une pièce d’identité et un justificatif de domicile de moins de 3 mois

* ni l’EDF, ni le gaz ne sont à mon nom (comme ça je ne m’en occupe pas) en plus les factures sont tout les 6 mois… Je suis proprio je n’ai pas de quittance de loyer…

* mais j’ai la facture de mon téléphone sur mon mail! (danse de la victoire dans l’open space)

*sauf qu’il y a juste écrit bonjour Sonia votre facture s’élève à …

* pour avoir accès à votre facture cliquer ici

* bienvenu sur le site de Virgin pour avoir accès à votre facture connectez vous

* je ne connais ni mon identifiant (qui est sans doute mon numéro de téléphone ou mon numéro de client) ni mon mot de passe (qui est soit le même que presque partout, soit le même que partout adapté, soit un truc à la con qu’on ne peut pas changer...(soit un truc à la con parce que j’étais énervée (je ne pourrais plus jamais aller sur mon compte flickr je crois que c’est vraiment foutu))

Je n’ai pas eu le courage de faire la démarche « j’ai oublié mon mot de passe » dans mon souvenir c’était compliqué… Là je me suis dit que c’était pas hyper gagner pour que les gens viennent souvent en bibliothèque et trouve ça chouette…

J’y passerai demain, je chouinerai un peu et rappellerai que la loi interdit d’exiger un justificatif de domicile et qu’une attestation sur l’honneur est suffisante… Puis je leur demanderai un poste…

J’espère que les autodafeurs 1 est bien et mérite son succès et qu’il n’aura pas été emprunté d’ici là…