Heureux les simples d’esprit?

Est ce que ça me manque?

J’ai pas l’impression…
Parfois je me demande si le théâtre me manque, souvent quand j’explique mon parcours, on me demande si ça me manque, et si je ne voudrais pas en refaire pour le plaisir.

Quand je pense à cela je distingue 2 choses. La première c’est ma pratique du théâtre, pendant plus de 4 ans à un certain niveau, disons à tendance professionnelle… Professionnalisante en tout cas.

J’ai fait surtout du théâtre par passion, parce que j’en avais envie… Pourquoi j’en avais envie, là je pense qu’on pourrait partir pour une longue psychanalyse.

Je ne pense pas pouvoir un jour vraiment rejouer, prendre des cours faire partie d’une troupe amateur. C’est peut être, sans doute, un peu prétentieux mais je ne pense pas pouvoir faire du théâtre comme un loisir, quand j’ai vécu ma pratique, mon apprentissage, avec tant d’exigence. Je ne saurais pas, je pense, l’être moins.

Avec la passion vient souvent la souffrance. Ces 4 années n’ont pas été un long fleuve tranquille. J’ai beaucoup trop exigé de moi, sans doute un peu des autres aussi, surtout les deux dernières années, celles où j’ai passé les concours.

Je n’étais pas une bonne comédienne, ni une mauvaise. J’étais moyenne. La note de B, recalée deux fois au conservatoire. Bien mais pas top. Je crois que j’aimais dire les mots mais pas m’abandonner entièrement dans le ressenti pour transmettre une émotion vraie.

Ce que je préférai c’était au final les répétitions.
Chercher, trouver, comprendre. Le moment de la découverte du texte, manger, mâcher; suçoter les mots. (ce vocable de l’alimentaire il y aurait beaucoup à dire non?) Trouver du sens. Toujours trop intellectualiser. Même dans l’abandon de la langue.

Et j’en viens doucement, et péniblement car les chemins de mes pensées sont souvent sinueux, à plus ou moins mon deuxième point. La langue et la recherche. Ce que j’adorai aussi c’était être le troisième oeil. L’avis extérieur qui aide, réoriente au besoin.  Avoir le recul de ne pas être sur scène, et la bienveillance d’accompagner le comédien à être juste. Dit comme ça c’est un peu pompeux quand dans les faits, j’aidais surtout d’autres élèves ou amie de l’époque à prendre confiance en eux, et faire que leur scène ne soit pas une récitation. Mais une fois de plus je crois que je m’égare dans le chemin de mes pensées. Plus haut je disais que j’aimais chercher, comprendre, décortiquer le texte. Le plaisir de le découvrir puis telle une exploratrice en chercher les ressorts, voir ce qu’on pouvait bien en faire. L’adapter à soi, à l’autre, à l’époque. J’ai l’impression que je réfléchissais beaucoup. Sans doute beaucoup trop. Mais que j’étais malgré tout moins passive que je ne le suis aujourd’hui. J’allais voir des spectacles, je lisais plein de pièces, des essais. Quand j’allais au spectacle ou lisais, j’étais un peu les sens en alerte. Ouverte, curieuse, j’ai l’impression que mon esprit était plus disponible pour penser. J’ai l’impression d’être devenu un peu bête. De ne plus penser. De ne plus prendre le temps de spécialement comprendre, d’aller plus loin dans une réflexion. J’ai toujours eu du mal à coucher mes pensées par écrits car l’écrit a ce manque de spontanéité de l’oral. L’écrit c’est définitif. L’écrit ça se respecte parce qu’on a pesé chaque mot. Je me rappelle avoir passer des jours, des soirées à me prendre la tête sur la lettre de motivation pour l’école nationale de théâtre de Strasbourg. Avoir beaucoup pleuré parce que trop fatiguée, stressée, émotive… Sans doute me rendais-je compte à ce moment là que je n’étais pas faite pour exercer ce métier. Je me rappelle qu’à l’époque on m’a dit que j’étais un hachis parmentier, ce n’est pas un met fin mais c’est consistant. On m’a aussi dit que le plus dur habituellement c’est d’avoir la confiture pas de la mettre dans le pot, que moi j’avais la confiture mais que la mettre dans le pot je n’y arrivais pas… ça me rappelle Nina qui se cherche et se perd chez Tchekhov « je suis une mouette… »
Tout ça pour dire quoi au final je ne sais plus. J’ai toujours trouvé difficile d’organiser ses pensées. D’en faire un écrit cohérent et intéressant.

Bref oui tout ça pour dire qu’aujourd’hui j’ai l’impression d’être bête. Je ne lis plus autant, même carrément moins,quasiment que de la jeunesse et jeune ado… Je me pose moins de question. J’accepte parfaitement bien qu’il n’y ait pas de sens profond dans chaque chose. Qu’on utilise pas forcément les bons mots au bon endroit. Je voulais connaitre parfaitement le sens de chaque mot pour bien les utiliser, ou en cas de détournement en avoir pleine conscience… Aujourd’hui… j’ai un peu l’impression de tourner sur les même mots en boucle comme quand on a la même garde robe depuis 10 ans… Mais j’arrive pas à savoir si ça me dérange vraiment. J’ai l’impression qu’au final pas tant que ça. Je n’ai plus le temps de me prendre la tête sur une virgule. J’ai mon petit bagage avec moi, qui fait que je ne peux pas écouter matt pokora, (parce qu’il n’a pas la l’autodérision de sa médiocrité.) Que j’aime à l’occasion lire un beau texte ou aller voir de beaux spectacles… Au final je ne sais pas si je suis plus ou moins heureuse (même si parfois, quand j’y réfléchis, je suis un peu peinée d’avoir mon cerveau sur off) mais je suis sans doute moins snob et moins exigeante donc moins chiante.

Voilà je vais m’arrêter là. Pour ne pas tourner en rond dans ma pensée que je ne sais pas organiser. Et si vous avez lu jusque là et que vous voulez un conseil théâtre, aller voir le canard sauvage à la colline, Chloé Réjon et Suzanne Aubert y sont particulièrement bonnes (non je ne suis toujours pas fan de Claude Duparfait)

 

Aller une blague d’intello pour finir :

 12407551_966021950142748_974300765_n

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s