l’été c’est série

Bon je vous ai parlé de mon penchant sérielle ado quand vient l’été, mais en fait je crois que c’est le côté série tout court. Parce que j’ai réfléchi depuis la dernière fois! Et j’ai même un peu regardé ma bibliothèque! Et je me suis souvenu que les 3 séries que j’aime beaucoup pour adulte je les ai commencé en été!

Les voici les voilà :

Les chroniques de San Francisco. Amistead Maupin (j’ai du lire les premiers en 2012 lors du déménagement de la médiathèque car je me rappelle les avoir récupérer lors d’un désherbage)

sf

Je les ai lu en été ça c’est sur car je n’ai pas vu le temps passer pour faire Blanc-Mesnil – Chillac un vendredi soir de suite après le travail. Pendant un été Mary-Ann, Anna, Michael, Jon, Mona, Brian sont devenus mes meilleurs amis. J’ai adoré, j’ai ri, j’ai palpité, j’ai pleuré, mais vraiment pleuré.
Je n’ai pas trouvé que ça ait spécialement vieilli dans le sens où effectivement c’est daté, mais j’ai eu l’impression de me plonger dans une époque, un moment « Histoire » : la liberté de Frisco et l’arrivée du Sida, la drogue… Je les ai depuis tous lu. Même ceux où nos copains sont vieillissants. Je ne connais pas très bien la vie d’Amistead mais je trouve qu’il est bien dur avec Mary-Ann, même si on s’en qu’il a de la tendresse pour elle, elle est quand même vachement plus égoïste et « peste » que dans les premiers.

Mais bon, les premiers sont une belle photographie des mœurs des années 80 à SF, entre jeunes filles en fleur, libertin romantique, transsexuelle assumée et homo au grand cœur, il y en a pour tout les gouts. Ceux d’après sont plus pour le plaisir de retrouver de vieilles connaissances. J’ai aussi eu du plaisir à les lire mais avec un peu de nostalgie malgré tout.

Je crois bien que Anna Madrigal était le dernier, le vrai, au vu de son état de santé et du roman ça ressemble à un adieu.

Les enquêtes de Mma Ramotswe. Alexander Mc Call (j’ai lu mon premier en 2006 pendant une rando en Bretagne, je l’avais acheté dans un café librairie, je m’en souviens parfaitement)

ramotComment parler de Mma Ramotswe et lui rendre justice. Édité par 10/18 dans la collection grand détective car elle est détective privé pourquoi pas… Mais il ne faudra pas s’attendre à un suspense intenable et des aventures extra-ordinaires. Ici on prend le temps, on est à l’heure Africaine. Il fait chaud, c’est coloré. On boit du thé, on a des tracas et on médite sur l’ancien Botswana, celui du regretté Obe Ramotswe père de l’héroïne.

Il y a bien une intrigue, une légère trame de fonds, la vie des protagonistes avance de tome en tome mais surtout quelle ambiance! A chaque fois que je lis un tome je suis transportée dans l’univers du Botswana. C’est calme, apaisant.Les personnages sont formidablement bien décrits. Attachants. Je suis une fan absolue de Precious le personnage principale mais Grace sa secrétaire à toute mon affection (une femme qui pense que ses chaussures lui parle et l’appelle patronne a toute mon estime).

Un petit sourire quiet flotte sur mon visage quand je pense à cette série. Je ne saurais pas la décrire mieux. Je ne peux que vous conseiller de jeter un oeil, puis deux et de vous faire votre propre avis.

Wilt Tom Sharpe (j’ai le premier en Mongolie, en été 2013)

wiltJe n’ai lu que les 4 premiers. Je ne suis pas sure d’avoir fini le quatrième. Ce n’est pas tant que la série n’est pas bonne. Je crois surtout qu’il ne faut pas tous les lire à la suite. Parce que malgré tout c’est un peu le même ressort à chaque tome. C’est le genre de bouquin tellement barré et avec un personnage tellement haut en couleur qu’on a plaisir à le retrouver mais qu’il peut être gonflant à la longue. Bon là ça fait pas envie c’est ça?

Je la refais Wilt c’est un enfoiré! Mais un enfoiré qu’on adore détester. Je me rappelle avoir ri mais ri pour les deux premiers tomes! Des situations abracadabrantesques, un personnage détestable que tout le monde hait! C’est vivant! Voilà c’est ça qui pour moi caractérise la série Wilt, elle est vivante. A ne pas lire d’un coup, je recommande chaudement les deux premiers tomes donc et reviendrais moi même à lire les autres…

Wilt 1 ou Comment se sortir d’une poupée gonflable et de beaucoup d’autres ennuis encore
Wilt 2 ou Comment se débarrasser d’un crocodile, de terroristes et d’une jeune fille au pair

Rien que les titres ils font envie non? Mention spéciale à l’édition française qui à trouver ses titres de folie loin des sages titres Anglais (Puppenmord /The Wilt Alternative)IMG_0132

 

Publicités

Une réflexion sur “l’été c’est série

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s