Comme le petit lapin blanc…

Prendre le temps.

Avant je m’ennuyais.

Maintenant je rêve de prendre du temps. Même 3 fois rien comme temps.

Par exemple, me lever et ne pas regarder l’heure en même temps que je prends mon café.

Ne pas regarder l’heure quand je suis au café pour récupérer nos légumes AMAP parce que Martin doit diner et qu’on l’a pas pris avec nous (le diné) parce qu’en fait on a récupéré mini de justesse après le travail et on a foncé à l’AMAP.

Ne pas mettre de réveil et être levée parce qu’on a plus sommeil.

Prendre le temps de sortir la machine à coudre, les tissus et réfléchir à ce que je vais faire, et ne pas savoir et hésiter et s’y mettre longtemps après, sans se dire qu’il faut rentabiliser d’avoir tout sorti car il faut absolument que tout soit ranger demain parce que de toute façon la maison est trop petite et que Martinzilla jouera avec tout ce que j’aurais laissé dépasser de la table, sortie d’une boite ou autre…

Prendre le temps de réfléchir à la nouvelle déco que j’aimerai, savoir que je ne pourrais jamais me la payer, alors réfléchir à comment la transformer à coup de DIY pas cher.

Prendre le temps de sortir l’appareil, prendre des photos pour moi, faire un DIY ou une recette pour ici…

Depuis que Martin est né, je n’ai plus le luxe du temps. Et quand j’ai du temps, je ne veux plus le rentabiliser.

C’est très paradoxal.

Il y a un mois dès que j’avais du temps je sautais sur l’occasion pour le rentabiliser (beurk un mot caca de capitaliste…). Vite faire le ménage, la vaisselle, sortir la machine avancer vite fait sur un projet qui finalement ne tient plus trop à coeur mais qu’il faut finir, lancer une machine, chercher la robe pour le mariage d’un tel, courir tout Paris pour tel truc pour Martin, tel truc pour moi parce que fermé le lundi ou pas pratique d’y aller avec un mouflet.

Maintenant j’ai décidé de ne pas forcément faire des choses quand j’ai du temps!

Complétement débile la nana elle dit qu’elle manque de temps et quand elle en a elle fait rien!

C’est tellement bon. De ne pas être obligée.

Ce qui m’épuise c’est courir. Alors quand j’ai du temps je ne cours plus (enfin j’essaie).

Je ne fais rien, j’essaie de ne pas m’imposer de contrainte.

Et finalement ça me détends. Ne pas me « forcer » à faire un loisir que j’aime (couture/photo/album photo/déco…) dans l’urgence me donne l’impression de faire plus de chose pour moi.

Je priorise (oh le mot de daronne!), non on ne peut pas tout faire, les journées ne font que 24h et étrangement j’ai de plus en plus besoin de sommeil.

Non la wondermun n’existe pas. Il faut s’y faire l’admettre… Surtout celle qui a un travail épanouissant, ET une vie sociale chouette ET trouve le temps d’avoir des loisirs créatifs ET a eu des moments de folie avec ses bambins le tout dans la même semaine. Ou peut etre qu’elle dort jamais?

Bref tout ça pour dire ne culpabilisons plus de ne rien faire quand on a du temps. Ne rien faire c’est aussi s’occuper de soi. Trouvons un rythme qui nous convient. Moi celui de courir après le temps quand j’en ai un peu ne me convient pas. Cela revient à transformer mes loisirs en contraintes et ça c’est caca!

Bisous love et arc en ciel
IMG_20150721_170402(1)
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s